Robe de confrérie

Vénérable Archiconfrérie de S. Maria dell'Orto - Diocèse de Rome

Rome

Lien du site Web

Lien Facebook

Robe de confrérie - (Lazio)

  • Archiconfrérie de S. Maria dell'Orto

    Comme le veut la tradition pour les confréries remontant au Moyen Âge, l'habit de la Congrégation est très simple, essentiel, et est resté inchangé depuis sa fondation (1492). Il se compose d'une grande robe ou habit de pur coton bleu, long jusqu'aux chevilles, celui des plus hauts cieux, le même qui caractérise le manteau de la Sainte Vierge. Sur la poitrine, à droite, il y a l'image de la Madonna dell'Orto entourée d'une dentelle dorée. Derrière le cou pend un "buffa", c'est-à-dire une cagoule qui cache le visage mais qui a deux trous pour les yeux : elle était utilisée pour les processions pénitentielles, lors des funérailles et pour travailler en charité secrète. Sur les flancs, une ceinture de "capicciola" ou soie torsadée, toujours de couleur bleue, avec un long tronçon suspendu du côté droit et conclu par un riche nœud bleu. La partie pendante de la ceinture - pour l'humilité - doit être placée sur l'épaule droite ou autour du cou lors de la réception de l'Eucharistie. Autour du cou un "petit visage", un col de drap blanc plissé qui encercle le cou souligne l'obéissance au Statut et aux lois de l'Église : étant très visible, il doit montrer à chacun l'obligation d'obéissance. Les vêtements ordinaires à porter sous la robe doivent être aussi sobres et convenables que possible. Encore une fois en raison de la simplicité médiévale, aucun signe de distinction n'est autorisé pour les divers fonctionnaires du Premier et du Second Ordre, y compris le Camerlingue. Cependant, seuls les insignes de décoration exclusivement ecclésiastique tels que ceux des ordres équestres pontificaux ou de collation pontificale sont autorisés. L'habit des sœurs, institué seulement avec le nouveau Statut de 1987, consiste en une cape de coton bleu, ornée de l'image de la Madonna dell'Orto. Les femmes sont dispensées du col blanc pour des raisons purement pratiques.