Les confréries nous aident à regarder nos racines

par Michele Pennisi

 

Les confréries ont connu un grand développement à partir du Moyen Âge et se sont répandues dans toute l'Europe, contribuant à l'augmentation de la piété populaire, à la pratique des œuvres de miséricorde et au développement social, artistique et économique des communautés dans lesquelles elles se trouvaient. inséré. La présence de confréries dans toute l'Europe est documentée: Irlande, Portugal, Espagne, France, Suisse, Belgique, Hollande, Italie, Malte, Allemagne, Pologne, Hongrie, tant dans les villes que dans les zones rurales. À la suite de la Révolution française et du fait de l'orientation laïciste de nombreux États européens qui voulaient réduire la religion à une affaire privée, leur présence dans le tissu social et religieux a subi un affaiblissement. La sécularisation de leurs activités, très appréciable pour leur engagement social, n'a pas empêché dans de nombreux cas les agrégations des laïcs non seulement autour de la liturgie et de la piété populaire, mais aussi autour de l'exercice de la charité et de la solidarité mutuelle.

Aujourd'hui, à une époque où l'on assiste à la propagation des virus de l'individualisme dans le Vieux Continent, à la fragmentation de l'existence, à la solitude, à l'indifférence, aux divisions et aux oppositions, à la disparition de la solidarité interpersonnelle, les confréries peuvent mener à bien une tâche importante en injectant le vaccin de la fraternité et de la solidarité et peut contribuer à nourrir les racines chrétiennes de l'Europe à travers un processus de nouvelle évangélisation.

 

continuer >> cliquez ici

DA CONSIDERARE map_europa.png