Région ecclésiastique de Sardaigne

L'histoire

I - Les origines

La nouvelle de la plus ancienne présence chrétienne en Sardaigne concerne une liste des condamnés aux mines du sud-ouest de l'île, préparée par l'évêque Vittore de Rome à la demande de Marcia, favorite de l'empereur Commode (180-192) et peut-être Christian, de joindre à une lettre de libération de l'empereur lui-même; le futur pape et martyr Callisto I (217-222) en a également profité, déporté là non parce qu'il était chrétien mais condamné pour détournement de fonds. Des autres graciés, nous savons seulement que cette condamnation dépendait de leur foi. En 235, sous Maximin de Thrace, ce fut au tour de l'évêque romain Pontien d'être confiné «en Sardaigne, île insalubre», où il cessa de vivre après des mauvais traitements féroces, dans une localité indéterminée; quelques années plus tard, cependant, la mémoire du site de la tombe permit le transfert de ses restes à Rome. La première attestation à Cagliari d'une communauté chrétienne dotée des articulations essentielles du personnel et des ministères, dirigée par son propre évêque - le premier ou le premier d'entre eux, probablement arrivé d'Afrique - et active dans la propagation de la nouvelle foi remonte à 314 plus de quarante ans de paix dont jouit le christianisme avant la persécution de Dioclétien (303-305) ont favorisé le prosélytisme initié par les premiers hérauts - principalement des régions de Rome et de Carthage - également dans d'autres centres urbains de la côte: cela est prouvé par les martyrs , dont le culte remonte à la fin du IVe siècle-début du V: Gavino à Porto Torres (Turris Libisonis), Lussorio à Fordongianus (Forum Traiani), Antioco à Sant'Antioco (Sulci), Efisio à Nora, Saturno à Cagliari; peut-être plus tard est le culte de Simplicius, certes attesté «en Sardaigne» par le Géronymien, à Olbia. Quintasio de Cagliari faisait partie des quelque quarante évêques occidentaux convoqués par Constantin au synode d'Arles (314). Une plus grande résonance a donné à ce voir Lucifer (353-370) qui, avec l'Eusebio sarde, évêque de Verceil, fut légat du pape Liberius, d'abord à Constance II (353) à Arles, puis au concile de Milan (355) pour la défense de l'orthodoxie de Nicée opposée par l'empereur. Contre l'arianisme, Lucifer montra une opposition irréductible même pendant l'exil auquel il fut condamné par Constance (355-361) dans la périphérie sud-est de l'empire: pour l'occasion, il écrivit cinq pamphlets farouchement polémiques. Il mourut vers 370.

Diocesi_Sardegna.png
Les œuvres artistiques / liturgiques
BeWeb.png